Rainer KLEINERTZ

26 novembre - 17 décembre 2020

Rainer Kleinertz
professeur de musicologie à l’Université de la Sarre, Sarrebruck (Allemagne)

Directeur d'études invité par l'EPHE à l'initiative de Cécile REYNAUD

donne quatre conférences sur le thème :

Mozart, Haydn et le quatuor à cordes en Italie

Jeudi 26 novembre 2020, de 16h à 18h
Un modèle italien de forme sonate

Jeudi 3 décembre 2020, de 16h à 18h
Les quatuors de Mozart jusqu’en 1773

Jeudi 10 décembre 2020, de 16h à 18h
L’Opus 33 de Haydn

Jeudi 17 décembre 2020, de 16h à 18h
Synthèse : Les six quatuors de Mozart dédiés à Haydn

Lieu : Conférences en distanciel.

Cliquez sur le bouton pour vous inscrire à cette conférene

 

La musique instrumentale de Mozart est plus inspirée par l’Italie qu’on ne l’a généralement remarqué. Né en 1756, le jeune Mozart a voyagé presque sans interruptions en Italie entre 1769 et 1773. En 1770, à Lodi, il a composé son premier quatuor KV 80. En hiver 1772/73, à Milan, il a composé toute une série de six quatuors (KV 155–160) et peu de mois après son retour à Vienne la prochaine série de six quatuors. Malgré les différences entre les deux séries, il y a bien des traits communs fondés apparemment sur ses expériences italiennes. Cela peut être démontré entre autres par un modèle de forme sonate qui a été publié par le compositeur italien Francesco Galeazzi en 1796 et diffère en plusieurs aspects de notre modèle habitué.
En 1782, l’année de la publication du fameux opus 33 de Haydn, Mozart revient au genre du quatuor à cordes avec six quatuors qu’il publie avec une dédicace à Haydn en 1785. Malgré les influences démontrables de Haydn, Mozart reste fidèle à plusieurs aspects proprement italiens de son style. Dans le séminaire, l’influence de Haydn ainsi que les différences entre les styles des deux compositeurs seront analysées et discutées. Il sera démontré que Mozart reste toujours fidèle aux influences qu’il avait reçues pendant sa jeunesse en Italie.

Rainer Kleinertz est titulaire de la chaire de Musicologie à l’Université de la Sarre, Sarrebruck, Allemagne. Il a étudié l’alto au conservatoire (Musikhochschule) Detmold ainsi que la musicologie et les littératures allemande et italienne à l’Université de Paderborn. Il a été professeur invité à l’Université de Salamanca, Espagne (1992–1994), professeur à l’Université de Ratisbonne, Allemagne (1994–2006) et visiting fellow à l’Université d’Oxford (2000–2001). Ses recherches concernent la musique du XVIIIe jusqu’au début du XXe siècle, en particulier le théâtre musical du XVIIIe siècle en Espagne, la musique instrumentale vers 1800, Franz Liszt, Richard Wagner et Gustav Mahler. En coopération avec les International Audio Laboratories Erlangen il dirige depuis 2014 un projet financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) sur l’analyse assistée par ordinateur de structures harmoniques. Il est chevalier du Saint-Sépulcre de Jérusalem et membre de l’Academia Europaea.

Parmi ses publications les plus importantes : Grundzüge des spanischen Musiktheaters im 18. Jahrhundert – Ópera, Comedia, Zarzuela, 2 vols., Cassel et Barcelone 2003 ; Zur Frage der Autorschaft von Händels Johannespassion, dans : Händel-Jahrbuch 49 (2003), pp. 341–376 ; Liszt, Wagner, and Unfolding Form: Orpheus and the Genesis of Tristan und Isolde, dans : Franz Liszt and his World, ed. par Christopher Gibbs et Dana Gooley, Princeton 2006, pp. 231–254 ; Apollon – Jupiter – Louis: Identifikationsmuster in den Tragédies en musique von Philippe Quinault und Jean-Baptiste Lully, dans : Musik – Ästhetik – Politik, ed. par Axel Schröter, Sinzig 2012, pp. 513–536 ; Streichquartette von Joseph Haydn und Wolfgang Amadeus Mozart im Spiegel der Sonatentheorie Francesco Galeazzis, dans : The String Quartet: From the Private to the Public Sphere, ed. par Christian Speck, Turnhout 2016, pp. 297–316 ; (avec Stephanie Klauk) Mozart’s Italianate Response to Haydn’s Opus 33, dans : Music & Letters 97 (2016), pp. 575–621 ; Werk und Zyklus. Zur Reihenfolge der Streichquartette n Haydns Opus 33 und Mozarts Opus 10, dans : Music Publishing and Composers (1750–1850), ed. par Massimiliano Sala, Turnhout 2020, pp. 19–43.