Marianne
BUJARD
Directrice d'études
Section : Sciences Religieuses
Chaire : Histoire de la religion et de la pensée dans la Chine ancienne
Thématiques :
Religions, croyances et spiritualités

Biographie

Marianne Bujard est née à Lausanne en Suisse. Après des études de Lettres, elle a poursuivi son apprentissage du chinois à Pékin, puis entrepris un doctorat à l'EPHE sous la direction du professeur Kristofer Schipper ; sa thèse a été publiée à l'École française d'Extrême-Orient (EFEO) sous le titre "Le sacrifice au ciel dans la Chine ancienne : théorie et pratique sous les Han Occidentaux".

 

Elle a été recrutée à l'EFEO en 1995 et a occupé les postes de responsable des centres de Taipei, puis de Pékin avant d'entrer à l'EPHE en 2014 dans la direction d'études "Histoire de la religion et de la pensée dans la Chine ancienne".

 

Elle dirige depuis 2003 le programme "Épigraphie et mémoire orale des temples de Pékin - Histoire sociale d’une capitale d’empire" et a édité six des onze volumes prévus de la collection "Beijing neicheng simiao beikezhi (Temples et stèles de Pékin)".

Programmes de recherche

Marianne Bujard dirige le programme de recherche et de publication "Épigraphie et mémoire orale des temples de Pékin -Histoire sociale d’une capitale d’empire", mené conjointement par l'École française d'Extrême-Orient, l'École Pratique des Hautes Études et l'Université Normale de Pékin. Dans la voie tracée par le professeur Kristofer Schipper, ce programme, débuté en 2003, étudie les institutions religieuses et associatives de Pékin entre le XIIIe et le XXe siècle.

Plus de 1500 temples et 600 inscriptions sur stèles font l’objet d’une publication systématique en onze volumes.

Chaque temple est présenté dans une notice rédigée à partir des données de la littérature, de l’épigraphie, des archives impériales et républicaines et des enquêtes sur place ; les estampages des inscriptions sont reproduits et retranscrits, des photographies récentes ou anciennes illustrent les ouvrages. Un volume supplémentaire sera consacré aux temples de la Cité interdite, soit quelque 70 lieux de cultes, principalement liés au bouddhisme tibétain, mais qui comprennent aussi quelques temples et chapelles d’obédience taoïste et confucéenne.

Le programme a organisé deux colloques internationaux à Pékin en 2009 et 2018 dont les actes ont été publiés en chinois : Xianghuo xinyuan 香火新緣 - Le temple et ses acteurs en Chine des Ming à la République, Marianne Bujard & Luca Gabbiani ed., Pékin, China Citic Press, 2018) et en anglais : Sovereignty and religious patronage in China (XIIIth-XXth century, Marianne Bujard & Luca Gabbiani ed., Paris, Institut des Hautes Études chinoises, 2022 (sous presse).

Marianne Bujard est née à Lausanne en Suisse. Après des études de Lettres, elle a poursuivi son apprentissage du chinois à Pékin, puis entrepris un doctorat à l'EPHE sous la direction du professeur Kristofer Schipper ; sa thèse a été publiée à l'École française d'Extrême-Orient (EFEO) sous le titre "Le sacrifice au ciel dans la Chine ancienne : théorie et pratique sous les Han Occidentaux".

 

Elle a été recrutée à l'EFEO en 1995 et a occupé les postes de responsable des centres de Taipei, puis de Pékin avant d'entrer à l'EPHE en 2014 dans la direction d'études "Histoire de la religion et de la pensée dans la Chine ancienne".

 

Elle dirige depuis 2003 le programme "Épigraphie et mémoire orale des temples de Pékin - Histoire sociale d’une capitale d’empire" et a édité six des onze volumes prévus de la collection "Beijing neicheng simiao beikezhi (Temples et stèles de Pékin)".