Stéphane
RICHARD
Directeur d'études
Section : Sciences de la Vie et de la Terre
Thématiques :
Génétique et biologie moléculaire

Biographie

Histologiste et anatomopathologiste de formation, élève du Professeur Léon Olivier à La Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière, puis des Professeurs André Pfister et Christian Nézelof à la Faculté de Médecine Necker-Enfants Malades, Stéphane Richard est d'abord un spécialiste de la microscopie électronique.

 

De 1980 à 1989 il décrit ainsi plusieurs structures nouvelles au sein de l'appareil respiratoire humain normal et pathologique. Il assure également la partie ultrastructurale des études de microbiologie expérimentales de l'équipe du Professeur Michel Véron (infections expérimentales par Campylobacter jujeni/coli et Listeria Monocytogenes).

 

En 1987, il rencontre le Professeur Jean-François Foncin, Directeur du Laboratoire de Neurohistologie EPHE et internationalement reconnu pour la mise en évidence des formes héréditaires de la maladie d'Alzheimer, qui lui fait découvrir l'Ecole et lui transmet sa passion pour la Génétique.

 

Nommé Directeur d'études à l'EPHE en 1989, Stéphane Richard se consacre à l'étude de la maladie de von Hippel-Lindau, affection rare (1/36.000) alors très méconnue et prédisposant au développement de multiples tumeurs du système nerveux central, de la rétine, des reins (première cause de cancer du rein héréditaire), des surrénales et du pancréas.

 

Le gène de cette affection (VHL) joue un rôle majeur dans la réponse à l'hypoxie en contrôlant la mise en place des vaisseaux sanguins et la production des globules rouges. L'élucidation progressive de ses fonctions par la Communauté Internationale a permis la mise au point de traitements ciblés anti-angiogéniques qui ont transformé la prise en charge des cancers richements vascularisés et notamment du cancer du rein évolué.

Programmes de recherche

Les travaux de l'équipe (avec Betty Gardie, Sophie Gad et Sophie Couvé) ont contribué à une meilleure compréhension moléculaire de la maladie de VHL et d'une polyglobulie (augmentation du nombre de globules rouges dans le sang) congénitale initialement décrite en Tchouvachie (ex-République de l'URSS), mais aussi d'autres prédispositions héréditaires au cancer rénal comme le syndrome de Birt-Hogg-Dubé et la Léiomyomatose Héréditaire avec Cancer Rénal.

 

La reconnaissance de l'apport de l'équipe EPHE sera concrétisée par la désignation de Stéphane Richard comme Président du "Third International Symposium on VHL disease" en 1998 puis du "Fifth BHD Symposium and Second HLRCC Symposium" en 2013.

 

Au plan médical, le réseau initialement créé en 1994 avec le soutien du Professeur Jean-Pïerre Grünfeld (Hôpital Necker) prend désormais en charge l'ensemble des patients français atteints par la maladie de VHL et les autres prédispositions héréditaires au cancer rénal (une dizaine d'affections identifiées). Ce réseau intitulé PREDIR et reconnu internationalement fait partie des 17 "Réseaux Nationaux de Référence pour Cancers Rares de l'Adulte" labellisés en 2014 par l'Institut National du Cancer (INCa) et sa labellisation a été renouvelée en 2019 pour cinq ans.

Histologiste et anatomopathologiste de formation, élève du Professeur Léon Olivier à La Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière, puis des Professeurs André Pfister et Christian Nézelof à la Faculté de Médecine Necker-Enfants Malades, Stéphane Richard est d'abord un spécialiste de la microscopie électronique.

 

De 1980 à 1989 il décrit ainsi plusieurs structures nouvelles au sein de l'appareil respiratoire humain normal et pathologique. Il assure également la partie ultrastructurale des études de microbiologie expérimentales de l'équipe du Professeur Michel Véron (infections expérimentales par Campylobacter jujeni/coli et Listeria Monocytogenes).

 

En 1987, il rencontre le Professeur Jean-François Foncin, Directeur du Laboratoire de Neurohistologie EPHE et internationalement reconnu pour la mise en évidence des formes héréditaires de la maladie d'Alzheimer, qui lui fait découvrir l'Ecole et lui transmet sa passion pour la Génétique.

 

Nommé Directeur d'études à l'EPHE en 1989, Stéphane Richard se consacre à l'étude de la maladie de von Hippel-Lindau, affection rare (1/36.000) alors très méconnue et prédisposant au développement de multiples tumeurs du système nerveux central, de la rétine, des reins (première cause de cancer du rein héréditaire), des surrénales et du pancréas.

 

Le gène de cette affection (VHL) joue un rôle majeur dans la réponse à l'hypoxie en contrôlant la mise en place des vaisseaux sanguins et la production des globules rouges. L'élucidation progressive de ses fonctions par la Communauté Internationale a permis la mise au point de traitements ciblés anti-angiogéniques qui ont transformé la prise en charge des cancers richements vascularisés et notamment du cancer du rein évolué.