photo-wirth
Thierry
WIRTH
Directeur d'études
Section : Sciences de la Vie et de la Terre
Thématiques :
Infectiologie

Biographie

En combinant modélisation, outils Bayésiens et génomique des populations, Thierry Wirth caractérise les processus évolutifs et sélectifs qui sont responsables de la structuration des populations microbiennes, ainsi que de l’émergence de résistances aux antibiotiques. Ses travaux se déclinent sur plusieurs micro-organismes cibles (Escherichia coli, Helicobacter pylori, Staphylococcus aureus et Mycobacterium tuberculosis) et s’inscrivent dans le cadre de collaborations nationales et internationales.

Thierry Wirth a notamment contribué à révéler l’origine et la propagation de la peste à échelle planétaire par des approches NGS. Il est aussi à l’origine de travaux pionniers qui ont permis de démontrer un lien entre le sexe et la virulence chez Escherichia coli, proposant ainsi un nouveau paradigme du passage de souches avirulentes vers des souches pathogènes.

Actuellement, il se consacre à la reconstruction de l’histoire évolutive du bacille de Koch, qui demeure la principale source de mortalité (d'origine infectieuse) chez l’espèce humaine. A échelle macrogéographique, ses travaux permettent d’appréhender le rôle des migrations contemporaines dans la propagation de souches multirésistantes (MDR), alors qu’à échelle plus fine ils permettent des suivis épidémiologiques, ainsi que l’identification des sources potentielles d’épidémies en cours.

En combinant modélisation, outils Bayésiens et génomique des populations, Thierry Wirth caractérise les processus évolutifs et sélectifs qui sont responsables de la structuration des populations microbiennes, ainsi que de l’émergence de résistances aux antibiotiques. Ses travaux se déclinent sur plusieurs micro-organismes cibles (Escherichia coli, Helicobacter pylori, Staphylococcus aureus et Mycobacterium tuberculosis) et s’inscrivent dans le cadre de collaborations nationales et internationales.

Thierry Wirth a notamment contribué à révéler l’origine et la propagation de la peste à échelle planétaire par des approches NGS. Il est aussi à l’origine de travaux pionniers qui ont permis de démontrer un lien entre le sexe et la virulence chez Escherichia coli, proposant ainsi un nouveau paradigme du passage de souches avirulentes vers des souches pathogènes.

Actuellement, il se consacre à la reconstruction de l’histoire évolutive du bacille de Koch, qui demeure la principale source de mortalité (d'origine infectieuse) chez l’espèce humaine. A échelle macrogéographique, ses travaux permettent d’appréhender le rôle des migrations contemporaines dans la propagation de souches multirésistantes (MDR), alors qu’à échelle plus fine ils permettent des suivis épidémiologiques, ainsi que l’identification des sources potentielles d’épidémies en cours.