Marie-Karine SCHAUB

Diplôme :
HDR
Date :
mercredi 03 juin 2020 - 14:00

 Soutenance en visioconférence

Marie-Karine SCHAUB présente ses travaux en soutenance en vue de l'obtention de l'Habilitation à diriger des recherches

  • Jury : M. Lucien Bély, Mme Francine-Dominique Liechtenhan, M. Pavel Ouvarov, M. Stéphane Péquignot, M. Eric Schnakenbourg, M. Jean-Claude Waquet.

Modalités techniques : Pour rejoindre la salle (ID: 752-077-877) à l'heure indiquée depuis votre ordinateur, tablette ou smartphone il faut accéder à l'URL :   https://global.gotomeeting.com/join/752077877 avec Google Chrome v57+ ou Microsoft Edge v77+ ou l'application GoToMeeting (vérifiez la compatibilité de votre navigateur en rejoignant une session de test après avoir vérifié les prérequis).
 Vous pouvez aussi appeler à l'aide de votre téléphone:  +33 170 950 590  et saisir le code d'accès :  752-077-877.

Le dossier intitulé Le pouvoir russe et ses relations avec l’Europe dans la première modernité est composé de quatre volumes :
- deux volumes de publications
- un mémoire de synthèse
- un ouvrage inédit intitulé L’affirmation de la Russie sur la scène diplomatique européenne : réseaux, pratiques et acteurs (Moscovie, France, Angleterre, 1580-1680).

Résumé

L’étude inédite, consacrée aux relations entre la Moscovie, la France et l’Angleterre s’inscrit dans le renouvellement d’une histoire des relations internationales et d’une histoire culturelle des pratiques diplomatiques qui cherchent à étudier toutes les formes d’interactions entre les négociateurs. À une période où la Moscovie n’est pas encore considérée comme une interlocutrice essentielle par les principales cours européennes, la France et l’Angleterre engagent des relations régulières avec des interlocuteurs russes. L’histoire de ces premiers contacts et de leur lente évolution permet de souligner l’intérêt que la Moscovie a suscité en France et en Angleterre, dès le milieu du XVIe siècle, la professionnalisation progressive des acteurs de la diplomatie russe et l’importance de leurs rencontres, même épisodiques, dans l’élaboration d’une culture professionnelle commune. Elle permet de mettre en évidence la lente intégration de la Moscovie sur la scène politique européenne et dans le jeu diplomatique des puissances occidentales au cours du XVIIe siècle. L’ouvrage aborde, dans un premier temps les structures de la diplomatie moscovite (institutions, acteurs et enjeux géopolitiques), puis les relations de la Moscovie avec la France et l’Angleterre entre 1580 et 1687 et offre, enfin, des éclairages aussi bien sur les formes des échanges que sur les moments d’incidents ou de rupture dans les relations.