Vincent ROBIN

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
vendredi 19 mars 2021 - 13:00
Typologie de la Musette (1596-1786)

Vincent ROBIN soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Cécile REYNAUD

  • EPHE - Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme - 54, boulevard Raspail - 75006 Paris - Salle 17
  • Jury : Mme Cécile REYNAUD, M. Christophe D'ALESSANDRO, Mme Raphaëlle LEGRAND, Mme Florence GÉTREAU, M. James B. KOPP, M. Remy DUBOIS, Mme Catherine MASSIP

Résumé

Remise à l’honneur à l’occasion du courant de musique « baroque » dans les années 1980, la musette connaît aujourd’hui un regain d’intérêt indéniable. Depuis les travaux de Jean-Christophe Maillard, la technique de cet instrument, son répertoire, le contexte de son utilisation sont désormais mieux connus. Il est joué sur scène et en concerts, enseigné au conservatoire et de jeunes luthiers s’intéressent de nouveau à sa facture. Cependant, alors que la plupart des instruments à vent ont fait l’objet de monographies, aucune étude organologique complète sur la musette n’a jusqu’ici été envisagée. L’observation des objets constituant un préalable indispensable à une telle entreprise, nous avions établi dans un premier temps un Inventaire raisonné des musettes conservées dans les collections publiques et privées. L’essai de typologie proposé ici constitue une étape supplémentaire vers une meilleure compréhension de la musette. Il s’appuie cette fois sur l’ensemble des sources disponibles, pour certaines inédites : instruments, répertoire, traités et méthodes, iconographie… Les caractéristiques fondamentales de cet instrument complexe comparé parfois à un orgue portatif sont abordées séparément. Tout d’abord les chalumeaux, qui sont les tuyaux de jeu mélodiques. Puis le bourdon, cylindre ouvragé dont les multiples tuyaux apportent un soutient continu à la mélodie. Enfin, les différentes tailles de musettes, aux registres et tonalités variés. Durant les deux siècles de son existence, la musette connaît plusieurs vagues d’engouement. Peu documentée au XVIe siècle, elle l’est davantage au début du suivant, connaît un pic vers 1660-1680, un autre dans les années 1730-1740. Son évolution fait état, à travers les innovations successives, d’une volonté manifeste de dépasser les limites d’un instrument voué malgré tout à disparaître. Ces inventions sont dues généralement à des musiciens également facteurs, parmi lesquels s’imposent les noms des Hotteterre et Chédeville. D’autres moins connus, tels Lissieu ou Delavigne, ont également tenu un rôle important. La plupart des objets conservés sont toutefois dépourvus d’estampille. L’étude des traits caractéristiques communs vient parfois les sortir de l’anonymat, d’entrevoir certaines filiations. Elle permet en outre de comprendre qu’un tel instrument, dont la fabrication requiert des compétences multiples, était produit par des ateliers pouvant inclure des membres d’une même famille et des ouvriers spécialisés.

Abstract

Restored to the mainstream of Baroque performance in the 1980s, the musette today enjoys a renewal of interest that is undeniable. Its technique, repertoire and the context of its use have since become better known. It is played on stage and in concerts, and is taught in conservatoires. Young instrument makers have become skilled in its manufacture. However, unlike the majority of wind instruments which have received detailed academic attention, no thorough organological work on the musette has hitherto been attempted. As a preliminary step toward this end, the author compiled an Inventaire raisonné des musettes based on all known examples in public and private collections. The typological study presented here is intended to further a fuller knowledge of the musette. It draws on all available sources; surviving musettes, repertoire, methods and iconography. The essential characteristics of the instrument are described in turn, beginning with the chalumeaux, the pipes sounding the melody. Next is the bourdon, a finely-worked cylinder enclosing multiple bores connected so as to function as a drone system. Finally, the different forms of the musette are considered, including variations in size, register and tonality. During the two centuries of its use, the musette encountered several periods of particular attention. Scarcely documented in the 16th century, it received greater attention at the beginning of the 17th, reaching a peak during the years 1660 to 1680, another following from 1730 to 1740. The musette’s evolution demonstrates an intention to extend the capabilities of the instrument, such efforts being ineffective in preventing the instrument’s fall from use.