Tiphaine LORIEUX

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
jeudi 30 juin 2022 - 13:30
Le Commentaire sur les Douze Prophètes de Théodoret de Cyr (prologue, Osée, Joël) : édition,traduction, analyse

Tiphaine LORIEUX soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Marie-Odile BOULNOIS

  • Campus Condorcet - Bâtiment de recherche Nord - 14 Cours des Humanités - 93300 Aubervilliers. Salle : 0.004
  • Jury : Mme Marie-Odile BOULNOIS, M. Van Deun PETER, M. Luciano BOSSINA, M. Morlet SEBASTIEN, Mme Catherine BROC-SCHMEZER, M. Matthieu CASSIN

Résumé

Éditer, traduire et analyser le Commentaire sur les Douze Prophètes de Théodoret de Cyr (Ve s.) permet de faire connaître non seulement un texte de l’Antiquité grecque qui n’a fait l’objet à ce jour ni d’une édition critique, ni d’une traduction française, mais également une recension encore peu connue de la Septante. Les éditions déjà publiées du Commentaire sur les Douze Prophètes, dont la plus récente est celle de la Patrologie grecque (1859)n’ont utilisé que trois manuscrits, soit une part infime de la tradition, et selon des méthodes peu scientifiques.Cette thèse recense et décrit tous les manuscrits contenant le prologue du Commentaire sur les Douze Prophètes,le commentaire sur Osée et le commentaire sur Joël, soit soixante-sept manuscrits. Ces manuscrits témoignent demode de transmission très disparates : en plus des manuscrits qui contiennent le Commentaire comme oeuvre indépendante, on trouve également trois types de chaînes exégétiques qui l’utilisent, ainsi que des ménologes et des synaxaires qui en sélectionnent des extraits. Nous déterminons ensuite les relations entre les manuscrits et reconstituons l’histoire de la transmission du texte de Théodoret afin d’élaborer un stemma, qui nous conduit à retenir trente-huit témoins pour l’établissement du texte. Nous proposons une liste de corrections à apporter à l’édition antérieure du Commentaire sur les Douze Prophètes. Ces corrections affectent le texte biblique d’Osée et de Joël que cite Théodoret tout au long du commentaire et permettent donc de préciser la recension biblique que lisait Théodoret au Ve siècle dans la région d’Antioche. Le texte critique est accompagné de la première traduction française du commentaire de Théodoret, complétée par des notes destinées à faciliter la lecture. Le texte grec et sa traduction française sont suivis de deux types d’études. Nous analysons d’abord la méthode interprétative de Théodoret. L’analyse met en lumière l’importance de la paraphrase et des reformulations comme outils exégétiques. Elle se penche ensuite sur les catégories interprétatives mises en oeuvre pour expliquer le texte prophétique : Théodoret fait usage d’interprétations historiques, mais aussi allégoriques et typologiques, qui mettent en rapport les prophéties avec l’histoire juive, avec le Christ, l’Église ou les temps eschatologiques. Nous analysons également la manière dont sont utilisées les citations scripturaires externes à Osée et Joël, ainsi que les traductions des réviseurs juifs et la version syriaque. La comparaison du Commentaire de Théodoret avec ceux d’autres Pères de l’Église permet de dégager plus nettement ses spécificités. Son entreprise se place à la confluence de deux traditions exégétiques, dans un rapport d’influence et d’opposition entre les centres culturels d’Antioche et d’Alexandrie, et nous comparons donc le Commentaire sur les Douze Prophètes de Théodoret au commentaire de Théodore de Mopsueste, représentant de l’exégèse antiochienne, ainsi qu’à celui de Cyrille d’Alexandrie. Deux études sur des versets problématiques d’Osée complètent l’analyse de la méthode de Théodoret. En commentant le mariage d’Osée (Os 1, 2-3), qui a cristallisé le débat exégétique sur la juste manière d’interpréter l’Écriture, Théodoret prend parti pour l’interprétation historique contre l’interprétation allégorique. Le verset Os 12, 10, « dans les mains des prophètes j’ai pris des ressemblances », particulièrement obscur, reçoit deux types d’explication différents. Dans les deux cas, nous traitons en détail l’utilisation des sources par Théodoret. Sont donnés en annexe les fragments et les citations d’autres auteurs insérés dans les commentaires de Théodoret sur Osée et Joël tels qu’ils sont transmis par les manuscrits de chaînes exégétiques sur les prophètes mineurs, et dont certains sont inédits.

Abstract

Editing, translating and analysing the Commentary on the Twelve Prophets by Theodoret of Cyrus (5th century) not only makes it possible to make known a text of Greek Antiquity that has not yet been the subject of a critical edition or a French translation, but also a little known recension of the Septuagint. Previously published editions of the Commentary on the Twelve Prophets, the most recent of which is the Greek Patrology (1859), have used only three manuscripts, i.e. a very small part of the tradition, and according to unscientific methods. This dissertation identifies and describes all the manuscripts containing the prologue to the Commentary on the Twelve Prophets, the commentary on Hosea and the commentary on Joel, i.e. sixty-seven manuscripts. These manuscripts show very disparate modes of transmission: in addition to the manuscripts that contain the Commentary as an independent work, there are also three types of exegetical chains that use Theodoret’s Commentary, as well as menologs and synaxaries that select extracts from it. We then determine the relationships between the manuscripts and reconstruct the history of the transmission of Theodoret’s text in order to elaborate a stemma, which leads us to retain thirty-eight witnesses for the establishment of the text. We propose a list of corrections to be made to the earlier edition of the Commentary on the Twelve Prophets. These corrections affect the biblical text of Hosea and Joel, which Theodoret quotes throughout the commentary, and thus clarify the biblical recension that Theodoret read in the fifth century in the region of Antioch. The critical text is accompanied by the first French translation of Theodoret’s commentary, supplemented by notes to facilitate reading.
The Greek text and its French translation are followed by two types of studies. First, we analyse Theodoret’s interpretative method. The analysis highlights the importance of paraphrasing and reformulations. Secondly, the interpretative categories used to explain the prophetic text are examined: Theodoret makes use of historical, but also allegorical and typological interpretations, which relate the prophecies to Jewish history, to Christ, to the Church or to eschatological times. We also analyse the way in which scriptural quotations from outside Hosea and Joel are used, as well as the translations of the Jewish revisers and the Syriac version. A comparison of Theodoret’s Commentary with those of other Church Fathers allows us to identify its specificities more clearly. His undertaking is placed at the confluence of two exegetical traditions, in a relationship of influence and opposition between the cultural centres of Antioch and Alexandria, and we therefore compare Theodoret’s Commentary on the Twelve Prophets with the commentary of Theodore of Mopsuestia, representative of Antiochian exegesis, as well as with that of Cyril of Alexandria.
Two studies on problematic verses in Hosea complete the analysis of Theodoret’s method. In commenting on Hosea’s marriage (Hos 1:2-3), which has crystallised the exegetical debate on the right way to interpret Scripture, Theodoret sides with the historical interpretation against the allegorical one. The particularly obscure verse Hos 12:10, "in the hands of the prophets I took likenesses", receives two different types of explanation. In both cases we deal in detail with Theodoret’s use of the sources. The fragments and quotations from other authors inserted in Theodoret’s commentaries on Hosea and Joel as transmitted by the manuscripts of exegetical chains on the minor prophets, some of which are unpublished, are given in the appendix.