Jérôme PETIT

Diplôme :
HDR
Date :
vendredi 20 mai 2022 - 14:00
Suites indiennes. Études jaina, histoire et codicologie.

Jérôme PETIT présente ses travaux en soutenance en vue de l'obtention de l'Habilitation à diriger des recherches

  • Lieu : Maison des Sciences de l’Homme, salle 1, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris
  • Jury : Georges-Jean PINAULT, Isabelle RATIE, Thibaut d'HUBERT, Peter FLÜGEL, Pascale RABAULT-FEUERHAHN, Rosane ROCHER, Francis RICHARD, Nalini BALBIR

Le mémoire inédit s’intitule Charles d’Ochoa (1816-1846), l’inachevé : Un fonds multilingue dans les collections indiennes de la Bibliothèque nationale de France ; il accompagne le mémoire de synthèse intitulé Suites indiennes : Études jaina, histoire et codicologie.

Jérôme Petit est conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (BnF), en charge des collections d’Asie du Sud et du Sud-Est. Les enjeux savants de ces collections dans l’histoire de l’orientalisme l’ont amené à s’intéresser aux figures qui ont permis à la Bibliothèque nationale de devenir un lieu essentiel dans le processus de connaissance de l’Inde et de ses traditions scripturaires. Le mémoire inédit qu’il présente dans le cadre de son HDR définit d’abord les grands jalons qui permettent de dessiner l’histoire des collections indiennes de la BnF, en s’appuyant sur les archives laissées par les savants et l’administration. Il est ensuite centré sur la figure de Charles d’Ochoa, un jeune indianiste qui demanda en 1842 à Abel Villemain, ministre de l’Instruction publique, un financement pour une mission en Inde centrale afin de recueillir les matériaux nécessaires à la rédaction d’une histoire de la littérature indienne. Après un voyage d’un an et demi au Maharashtra, dans la région de Pune, il dut revenir à Paris pour raisons de santé où il mourut à l’aube de la trentaine. Si le temps ne lui permit pas de parachever son projet initial, il laissa une collection de trois cents ouvrages manuscrits ou lithographiés et de nombreux papiers scientifiques qui permettent de mettre au jour les rouages d’une mission scientifique et littéraire menée au milieu du XIXe siècle. Ses élans personnels ont été soutenus par les institutions savantes et les réseaux d’intermédiaires, britanniques et indiens, qui ont laissé leur empreinte sur la manière d’aborder les savoirs dans une Inde multilingue et multiculturelle. Charles d’Ochoa fut l’un des premiers savants français à s’intéresser au jainisme, autre domaine bien représenté dans le cadre de cette HDR. Après une thèse sur Banārasīdās, marchand et poète jaina de la première moitié du XVIIe siècle, Jérôme Petit a toujours poursuivi des recherches autour de ce personnage et de la lignée dans laquelle il s’insère, publiant des études et des traductions de textes inspirés par la pensée du philosophe digambara Kundakunda (La quintessence du Soi, Payot, 2021), jusqu’aux traités de Rājacandra (La réalisation du Soi, Payot, 2020), un saint personnage qui offrit au Gujarat l’exemple d’une vie conforme aux vœux jaina à l’aube du XXe siècle.