Giuseppina LENZO

Diplôme :
HDR
Date :
lundi 14 septembre 2020 - 14:00
La transmission des textes funéraires en Égypte ancienne au début du Ier millénaire av. n.è. Nouvelles perspectives, synthèses et enjeux concernant les textes et les pratiques

La soutenance est reportée

Giuseppina LENZO présente ses travaux en soutenance en vue de l'obtention de l'Habilitation à diriger des recherches

  • Maison des sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, salle 01, 75006 Paris
  • Jury : Mme Annie GASSE, Mme Christiane ZIVIE-COCHE, Mme Susanne BICKEL, M. Marc GABOLD, M. Karl JANSEN WINKELN, M. Laurent COULON

La transmission des textes funéraires en Égypte ancienne au début du Ier millénaire av. n.è. Nouvelles perspectives, synthèses et enjeux concernant les textes et les pratiques

Le dossier d’Habilitation à diriger des recherches est constitué de 4 volumes : un mémoire de synthèse, un recueil de travaux scientifiques publiés ou inédits et deux travaux scientifiques inédits.

Le mémoire de synthèse (volume 1) retrace le parcours scientifique et académique de la candidate, tandis qu’un recueil d’articles (volume 2) regroupe 20 articles, dont 14 publiés et 6 inédits. Deux travaux scientifiques inédits composent les volumes 3 et 4. La première étude, intitulée The Greenfield Papyrus. Funerary Papyrus of a Priestess at Karnak Temple (c. 950 BCE), est centrée sur la publication du Papyrus Greenfield de la fin de la 21ème dynastie conservé au British Museum (P. BM EA 10554). Elle est divisée en deux parties : un volume de texte et un volume de planches. Ce papyrus funéraire appartenait à Nestanebetisherou, prêtresse au temple de Karnak et fille du Grand Prêtre d’Amon Pinedjem II, et provient certainement de la Cachette royale de Deir el-Bahari. Copié en écriture hiératique, il contient non seulement des chapitres du Livre des Morts, mais également de nombreux hymnes et des scènes dites « mythologiques ». Ce papyrus d’une longueur exceptionnelle, plus de 37 m, constitue une étape importante dans l’évolution des textes funéraires au tournant du Ier millénaire av. n.è., entre les traditions du Nouvel Empire et les changements qui apparaissent à la fin de la Troisième Période intermédiaire et au début de l’époque saïte.
La deuxième étude inédite est intitulée La transmission des textes funéraires durant les 21ème et 22ème dynasties d’après le Papyrus Greenfield (Thèbes), la tombe d’Osorkon II (Tanis) et la tombe de Chéchonq (Memphis). Cette recherche met en lumière des scènes et textes funéraires très similaires, voire identiques, recopiés sur deux supports différents (papyrus et pierre), en deux écritures différentes (hiératique et hiéroglyphes), répartis sur trois sites, à la fois dans le sud (Thèbes) et dans le nord (Tanis et Memphis) de l’Égypte. Elle s’interroge ainsi sur les modes de transmission des textes et sur les liens entre les diverses parties du pays durant la Troisième Période intermédiaire au début du Ier millénaire av. n.è.