Giulia DODI

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
jeudi 27 mai 2021 - 09:00
La réquisition des biens juifs et l'activité de l'Egeli à Bologne et à Ferrare

Giulia DODI soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Judith OLSZOWY-SCHLANGER

  • visioconférence
  • Jury : Mme Judith OLSZOWY-SCHLANGER, M. Saverio CAMPANINI, M. Corrado MARTONE, M. Giancarlo LACERENZA, M. Emma ABATE

Résumé

La persécution des Juifs italiens était l'une des pierres angulaires de la législation raciale promulguée par le régime fasciste en 1938, qui touchait les activités professionnelles, les entreprises et les propriétés immobilières et rurales. Le passage des mois et la détérioration de la situation politique, due également à la guerre mondiale, entraînent un durcissement progressif des réquisitions, qui atteint son apogée dans les territoires de la République sociale italienne. La thèse prend en considération la persécution immobilière qui a eu lieu à Bologne et à Ferrare, les deux villes comptant le plus grand nombre des juives en Émilie-Romagne et qui ont subi le plus de dommages et de pertes. Grâce aux fonds de la préfecture et de la préfecture de police conservés dans les Archives d'État locales, il a été possible de reconstituer le mécanisme bureaucratique et les procédures administratives avec lesquels la législation a été appliquée dans les différentes réalités locales. Cela a permis de mettre en évidence les similitudes et les différences avec lesquelles les autorités des deux villes ont organisé l'expropriation et la gestion des biens, dans lesquelles la logique du pouvoir sur le territoire et le désir des individus de s'enrichir ont également joué un rôle important. Ces mêmes fonds ont également permis de reconstituer le contexte socio-économique et démographique des Juifs présents à Bologne et à Ferrare, permettant ainsi de placer l'analyse des réquisitions dans le contexte plus large des réalités de la ville et de comprendre leur impact réel. La documentation locale a été intégrée par les documents conservés dans les Archives centrales de l'État, en particulier dans les fonds du ministère des Finances, qui ont permis de reconstituer les directives nationales avec lesquelles le pouvoir central a géré la réquisition et les relations avec les périphéries. L'imbrication du contenu des archives était également importante pour déterminer dans quelle mesure les organismes nationaux étaient en mesure de coordonner les réquisitions et de prendre possession des biens juifs, et quelle était l'autonomie dont disposaient - ou s'arrogeaient - les autorités locales. Le thème des réquisitions est lié à celui des restitutions, qui ont commencé immédiatement après la Libération et se sont poursuivies pendant longtemps au milieu des écueils bureaucratiques, des lacunes législatives et des événements judiciaires qui ont marqué la récupération matérielle et identitaire des Juifs et du judaïsme italien dans l'après-guerre. Afin de dresser un tableau d'ensemble, l'étude met en relation le comportement des persécuteurs avec celui des victimes et de la population dans son ensemble, montrant les nombreux et divers facteurs qui ont contribué à la persécution et les différentes manières dont elle a été menée.

Abstract

The persecution of Italian Jews was one of the cornerstones of the racial legislation enacted by the Fascist regime in 1938, which affected professional activities, businesses, and real estate and rural properties. The passage of months and the worsening of the political situation, also due to the world war, led to a progressive tightening of requisitions, which reached their peak in the territories of the Italian Social Republic. The thesis takes into consideration the property persecution that took place in Bologna and Ferrara, the two cities with the largest number of Jewish communities in Emilia- Romagna and which suffered the most damage and losses. Through the funds of the prefecture and the police headquarters kept in the local State Archives it was possible to reconstruct the bureaucratic mechanism and the administrative procedures with which the legislation was applied in the individual local realities. This has made it possible to highlight the similarities and differences in the way the authorities of the two cities organised the expropriation and management of property, in which the logic of power over the territory and the desire of individuals to enrich themselves also played an important role. These same funds also made it possible to reconstruct the socio-economic and demographic context of the Jews present in Bologna and Ferrara, thus making it possible to place the analysis of the requisitions in the broader context of the city's realities and thus understand their actual impact. The local documentation was integrated by the files kept in the Central State Archive, in particular in the fonds of the Ministry of Finance, with which it was possible to reconstruct the national directives with which the central power managed the requisition and the relationship with the peripheries. Combining the contents of the archives was also important in order to outline the extent to which the national bodies were able to coordinate requisitions and take possession of Jewish property, and how much autonomy the local authorities had - or arrogated to themselves. The theme of requisitions is linked to that of restitutions, which began immediately after the Liberation and continued for a long time amidst bureaucratic stumbling blocks, legislative gaps and judicial events that marked the material and identity recovery of Jews and Italian Jewry in the post-war period. In order to build an overall picture, the study relates the behaviour of the persecutors with that of the victims and the population as a whole, showing the many and varied factors that contributed to the persecution and the different ways in which it was carried out.