Fabrizio PETORELLA

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
jeudi 10 juin 2021 - 10:00
Saints, philosophes et écrivains : rhétorique et persuasion dans le βίος de l’Antiquité tardive

Fabrizio PETORELLA soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Luc FOURNET et M. Arnaldo MARCONE

Co-tutelle avec l'Università degli Studi di Roma Tre" (ITALIE)

  • visioconférence
  • Jury : M. Jean-Luc FOURNET, M. Arnaldo MARCONE, Mme Emanuela COLOMBI, Mme Franca Ela CONSOLINO, Mme Nicole BELAYCHE, M. Vincent DEROCHE

Résumé

Dans l’Antiquité tardive, la biographie connaît une grande floraison et prend des caractéristiques particulières, qui sont le résultat des nouvelles dynamiques socio-culturelles et religieuses. Les protagonistes des βίοι qui voient le jour à cette époque sont souvent des figures charismatiques, qui correspondent, à des degrés divers, au portrait du holy man tracé au cours des dernières décennies par de nombreux savants (et, en particulier, par Peter Brown). Dans une période historique marquée par un profond désir de spiritualité, la biographie se prête, donc, à narrer la vie des personnalités dotées de traits sacrés et capables de servir de médiateur entre l’humain et le Divin. À la sphère du βίος de l’Antiquité tardive appartiennent des oeuvres très différentes, rédigées en latin ou en grec et consacrées à des personnages qui appartiennent à des catégories différentes ; au niveau formel, le panorama est également varié. Toutefois, ces différences n’empêchent pas d’identifier un « discours hagiographique » commun : centrées sur la figure d’un homme qui entretien un lien profond avec le Divin, les oeuvres biographiques de l’Antiquité tardive en soulignent les vertus et les qualités surnaturelles et en donnent une image qui reflète les idées du biographe, dans le but de convaincre le lecteur de la supériorité d’une doctrine spécifique. La narration doit donc assumer des caractéristiques similaires à celles de l’éloge, afin de démontrer que le protagoniste de la biographie est le meilleur parmi tous les holy men qui peuplent le panorama religieux de l’Antiquité tardive (et, par conséquent, le seul qui doit être imité). Toutefois, malgré l’importance de cette dimension encomiastique, les biographes entendent présenter leurs oeuvres comme des rapports dignes de foi, en conjuguant efficacement la célébration d’un laudandus et un exposé des faits qui puisse convaincre un public exigeant, naturellement porté à préférer le plus persuasif parmi les nombreux βίοι qui propagent des idéaux différents. Dans cette tâche, le biographe est assisté des outils de la rhétorique, qui dans l’Antiquité tardive joue un rôle fondamental dans l’éducation des jeunes : l’école de l’Antiquité tardive vise à former des futurs orateurs, avocats et fonctionnaires, capables de parler élégamment la langue riche des expressions classiques qui est typique du cérémonial impérial. Le fil conducteur de mon travail sont les προγυμνάσματα, c’est-à-dire les exercices fondamentaux de composition qui dans l’Antiquité tardive représentent le moment le plus important de la formation du jeune étudiant de rhétorique. Ces ‘exercices préliminaires’ constituent la base des compétences oratoires que l’élève est appelé à acquérir et sont extrêmement diffusés dans les écoles de l’Antiquité tardive ; chaque biographe doit donc nécessairement les utiliser pour convaincre ses lecteurs de la supériorité de la doctrine incarnée par le personnage dont il écrit la vie. Dans ma thèse, j’analyse l’usage que les biographes de l’Antiquité tardive font des προγυμνάσματα, afin de comprendre de quelle façon la formation rhétorique communément reçue par les jeunes dans un milieu scolaire a été mise au service des finalité propagandistes qui caractérisent les biographies des holy men. Comme on l’a vu, les βίοι qui prennent part à la dialectique religieuse de l’Antiquité tardive, bien que différents à plusieurs égards, se fondent nécessairement sur les même schémas expressifs, fruit d’un système éducatif diffusé dans tout l’Empire. Par conséquent, des caractéristiques appartenant au même προγύμνασμα peuvent être relevées dans des sections tirées des oeuvres biographiques différentes par leur langue et leur contenu idéologique. En collectant, pour chaque exercice, un corpus d’attestations dans la littérature biographique et en établissant une comparaison entre elles, j’examine les modalités différentes dans lesquelles les biographes adaptent les enseignements des rhéteurs à leurs nécessités.

Abstract

In Late Antiquity, biography greatly flourishes and acquires some characteristics which are the result of new socio-cultural and religious dynamics. The protagonists of the βίοι written in this period are often charismatic figures corresponding, although to differing degrees, to the image of the holy man as it has been described in recent decades by several scholars (and in particular by Peter Brown). In what Eric Dodds called «an age of anxiety», biography is thus a useful tool to narrate the life of people equipped with sacred traits and able to mediate between the human and the Divine. The class of Late Antique βίος includes extremely different works, written in Latin or in Greek and concerning characters who belong to different categories; on a formal level, the scenario is equally multifaceted. However, these differences do not prevent from identifying a widespread ‘hagiographical discourse’: being focused on a man connected to the Divine, Late Antique biographical works highlight their protagonist’s virtues and supernatural qualities, thus creating a portrait which reflects the biographer’s ideals, in order to persuade the reader of the superiority of a doctrine. Thus, the narration needs to acquire some characteristics similar to those of the encomium, in order to demonstrate that the biographee is the best holy man among those who crowd the religious landscape of Late Antiquity (and consequently the one worthy of being imitated). However, despite the importance of this encomiastic aspect, biographers aim at presenting their works as trustworthy accounts, by combining the celebration of a laudandus and a presentation of the facts able to persuade their audience, who is naturally used to prefer the most convincing among the βίοι promoting different ideals. In this task, the biographer is helped by the tools offered by rhetoric, which in Late Antiquity plays a prominent role in the education of youth: Late Antique schools aim at training orators, lawyers, and functionaries, able to fluently speak the classicizing language typical of imperial ceremonial. The leitmotif of my work is the προγυμνάσματα, namely the composition exercises which in Late Antiquity constitute the most important step in the education of students of rhetoric. These ‘preliminary exercises’ are the fundamentals of oratorial discourse and are extremely widespread in Late Antique schools; thus, each biographer needs to use them to persuade his readers of the superiority of the doctrine embodied by the biographee. In my dissertation, I analyze how Late Antique biographers use the προγυμνάσματα, in order to understand how the rhetorical education commonly given in Late Antique schools has been put at the service of the propagandistic purpose typical of the biographies of holy men. Despite their differences, the βίοι taking part in Late Antique religious dialectic are necessarily based on the same expressive patterns, resulting from an education system spread throughout all the Empire. Consequently, traits belonging to the same προγύμνασμα can be noticed in passages quoted from biographical works which differ in language and ideological content. By collecting, for each exercise, a corpus of attestations in biographical literature and by establishing a comparison between them, I examine the different ways in which Late Antique biographers adapt the teachings of rhetors to their needs.