Clément MOUSSÉ

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
mardi 03 novembre 2020 - 14:00
Les sanctuaires des prophètes dans la Syrie médiévale

Clément MOUSSÉ soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Michel MOUTON

  • Collège de France - 11 place Marcelin Berthelot, 75005 PARIS, salle 5
  • Jury : M. Jean-Michel MOUTON, M. Jacques PAVIOT, M. Thomas ROMER, Mme Marie-Odile ROUSSET, M. François DEROCHE, M. Jean-Charles DUCENE

Résumé

L’islam peut apparaître comme une religion au monothéisme rigoureux, voire intransigeant, centré sur le pèlerinage à la Mekke. Pourtant, la religion musulmane a vu se développer des cultes secondaires, traduits en arabe par « ziyāra-s » ou plus couramment appelés le « culte des saints ». Si le domaine des dévotions secondaires en Islam a donné lieu à de nombreuses études, ces dernières ne se sont jamais appesanties sur ce qu’il a de plus concret dans ces dévotions, soit les sanctuaires en eux-mêmes. C’est ce que nous proposons de faire avec ce travail de thèse. Ces lieux de culte continuent à être visités de nos jours et les sanctuaires font toujours l’objet d’une dévotion de la part de la population musulmane ; ces sites peuvent être considérés comme des objets d’études. En mettant en relation les données archéologiques et les sources textuelles, une histoire de ces sanctuaires et des phases de leur développement peut-être écrite. Ce travail s’est limité à une catégorie de saints en particulier : celles des prophètes cités dans le Coran. Il s’agit pour l’essentiel des grandes figures de la Bible et des Évangiles, depuis Adam jusqu’à Jésus, repris par l’islam et évoqués dans le Coran. Cette catégorie de saints a l’avantage de faire le lien entre l’islam et les religions abrahamiques précédentes. Elle permet de vérifier si ces sanctuaires dédiés à ces prophètes musulmans étaient une reprise de la tradition abrahamique dans un territoire précédemment judaïsé et christianisé ou bien s’il s’agissait d’une création musulmane. Ainsi, un corpus de 38 sites répartis dans toute la Syrie médiévale correspondant aux entités politiques actuelles, de Syrie, du Liban, de la Jordanie, d’Israël et de la Cisjordanie a été établi. En partant des données actuelles de terrain et en les confrontant aux informations livrées par les sources textuelles d’origine musulmane, chrétienne et juive et couvrant une large période allant de l’Antiquité jusqu’à la période ottomane, le but principal a été de comprendre tout le processus d’invention, d’implantation et de légitimation de ces sanctuaires dédiés aux prophètes. Ces sites, dont certains avaient une origine antéislamique, ont resurgi au cœur du Moyen Âge et ont suscité une littérature qui les a ancrés de manière pérenne dans la culture musulmane. Il y avait là un besoin, une nécessité de redécouvrir tous ces lieux dédiés aux prophètes. Cette redécouverte des prophètes atteint son apogée au XIIe-XIIIe siècle, dans cette fameuse période dont il est si souvent dit qu’elle fut riche en bouleversements politiques et religieux, une période qui fut dominée par la contre-croisade et l'esprit de ğihād, par les luttes entre sunnites et šī’ites, les rivalités entre les différentes écoles juridiques et l’apparition de différentes structures d’encadrement religieux. Pourtant, un islam populaire coexistait et c’est des traces et des cadres matériels de cette religiosité populaire dont il est question ici de faire la genèse.

Abstract

Islam can appear as a strict monotheism religion, even intransigent, focus on the pilgrimage to Mecca. However, the Muslim religion has seen secondary worship develop, translated into Arabic by « ziyāra-s », or more commonly called the « worshipping saints ». If the area of the secondary devotions in Islam has been the subject of many studies, these never concern the more concrete part of the devotions, the sanctuaries in itselves. We propose to make this thesis work on this subject. These places of worship keep being visited nowadays and the sanctuaries are still a devotion object for the Muslim population; these places can be considered as objects of studies. By linking the archaeological data with the textual sources, a story of these sanctuaries and the phases of their development can be written. This research is limitated to one category of saints in particular: the one of the prophets quoted in the Koran. That is mostly the great figures of the Bible and the Gospels, since Adam to Jesus, recovered by Islam and mentioned in the Koran. This category of saints has the advantage to make the link between Islam and the previous Abrahamic religions. It enabled to check if these sanctuaries dedicated to these Muslim prophets were the rerun of the abrahamic tradition in a territory previously convert to Judaism and Christianity or if it was a Muslim creation. In that way, a corpus of 38 sites spread over the all Medieval Syria corresponding of the current political entities of Syria, Lebanon, Jordan, Israel and the West Bank has been established. The main goal was to understand the invention, establishment and legitimation process of these sanctuaries dedicated to the prophets using field data and comparing them with the information given by the Muslim, Christian and Jewish textual sources, by covering a wide period from the Antiquity to the Ottoman period. These sites, which some had a pre-islamic origin, reappeared at the heart of the Middle Ages and generated a literature which anchored them in the Muslim culture permanently. There was here a need, a necessity to rediscover all these places dedicated to the prophets. This prophets rediscovery reach its apogee in the XIIth-XIIIth century, during this famous period often said that it was rich in politics and religious upheavals, a period dominated by the « against-crusade » and the spririt of ğihād, the struggles between the Sunnis and the Shiites, the rivalries between the different law schools and the appearance of various religious command structures. However, a popular Islam co-existed and it comes to make the genesis of traces and materials frameworks of this popular religiosity.