Christian HOTTIN

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
mardi 23 novembre 2021 - 09:30
Les patrimoines de l'enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles)

Christian HOTTIN soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Michel LENIAUD

  • INHA, 2 rue Vivienne, 75002 PARIS. Salle Vasari
  • Jury : M. Jean-Michel LENIAUD, Mme Rossella FROISSART, Mme Florence DESCAMPS, M. Nicolas ADELL, M. Loïc VADELORGE, Mme Anne-Marie CHATELET

Résumé

Dans la continuité de notre thèse de l'Ecole des chartes soutenue en 1997 (le patrimoine des établissements d'enseignement supérieur à Paris, vers 1780 – vers 1960) et de nos publications réalisées depuis (monographies, directions d'ouvrage, directions de numéros de revues, articles, commissariats d'exposition), on se fixe pour objectif dans le cadre de ce doctorat : d'une part de dresser une synthèse des patrimoines des universités et grandes écoles à Paris : architecture, peintures, sculptures, monuments épigraphiques, patrimoine matériel et immatériel ; d'autre part de faire un retour réflexif sur ce parcours de recherche de plus de vingt ans, conduit entre le monde de l'enseignement supérieur et celui de la conservation du patrimoine. Le parcours réflexif permet en premier lieu d’analyser la spécificité de la thèse de l’Ecole des chartes dans le paysage académique français. Travail académique ayant un lien étroit avec une finalité professionnelle. La question du choix du sujet, avec les difficultés qu’elle entraine est abordée en premier lieu. On se focalise ensuite sur le sujet choisi, la définition de son périmètre, le cadre institutionnel et chronologique finalement retenu. Est ensuite abordé le temps de préparation de la thèse, celui des dépouillements archivistiques et bibliographiques associés aux visites de site, et, enfin, celui de la rédaction du DEA, puis de la thèse proprement dite. La suite du développement permet d’aborder les autres projets de recherches développés à partir de cette thèse de l’Ecole des chartes : projet de recherche sur les salles de garde des hopitaux, recherche sur le transfert des grandes écoles de Paris vers la périphérie, recherches plus générales sur l’architecture des établissements d’enseignement supérieur, jusqu’à la préparation d’un ouvrage consacré à l’architecture de la Sorbonne et de ses extensions au XIXe et XXe siècle. En miroir de ce parcours réflexif, est proposée une histoire du patrimoine de l’enseignement supérieur au cours de ces deux mêmes siècles : depuis les destructions et appropriations révolutionnaires jusqu’à la recréation de l’Université de Paris pour le XIXe siècle, puis, au XXe siècle, depuis la remise en cause des « palais universitaires après 1945, jusqu’au développement des politiques patrimoniales de la fin du XXe siècle. En conclusion de cette histoire est proposé un développement spécifique sur ce qui fait patrimoine au sein de l’Université contemporaine, avec un intérêt particulier pour la question du patrimoine culturel immatériel de celle-ci.

Abstract

In the continuity of our thesis of the School of Chartes defended in 1997 (the heritage of higher education institutions in Paris, around 1780 – around 1960) and our publications produced since (monographs, book directions, editors of journals, articles, exhibition curators), the objective of this doctorate is to: on the one hand, to draw up a synthesis of the heritage of universities and grandes écoles in Paris: architecture, paintings, sculptures, epigraphic monuments, tangible and intangible heritage; on the other hand, to make a reflexive return on this research journey of more than twenty years, led between the world of higher education and that of heritage conservation. The reflexive path first makes it possible to analyze the specificity of the thesis of the Ecole des chartes in the French academic landscape. Academic work closely linked to a professional purpose. The question of the choice of subject, with the difficulties it entails, is addressed in the first place. We then focus on the chosen subject, the definition of its scope, the institutional and chronological framework finally chosen. The preparation time of the thesis, that of the archival and bibliographic examinations associated with site visits, and, finally, that of the drafting of the DEA, then of the thesis itself, is then discussed. The rest of the development makes it possible to address the other research projects developed from this thesis of the Ecole des chartes: research project on the guard rooms of hospitals, research on the transfer of the grandes écoles of Paris to the periphery, more general research on the architecture of higher education institutions, until the preparation of a book devoted to the architecture of the Sorbonne and its extensions in the nineteenth and twentieth century. Mirroring this reflexive journey, a history of the heritage of higher education during these same two centuries is proposed: from the destruction and revolutionary appropriations to the re-creation of the University of Paris for the nineteenth century, then, in the twentieth century, from the questioning of "university palaces after 1945, to the development of heritage policies at the end of the twentieth century". In conclusion of this story is proposed a specific development on what makes heritage within the contemporary University, with a particular interest in the question of the intangible cultural heritage of it.