Carmen SPIERS

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
lundi 14 décembre 2020 - 14:00
Magie et poésie dans l'Inde ancienne. Édition, traduction et commentaire de la Paippalādasaṁhitā de l’Atharvaveda, livre 3.

Carmen SPIERS  soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Nalini BALBIR

  • Maison des Sciences de l'homme - 54, boulevard Raspail, 75006 Paris. Salle : 01
  • Jury : Mme Nalini BALBIR, Mme Isabelle RATIÉ, M. Arlo GRIFFITHS, M. Jan HOUBEN, M. Alexander LUBOTSKY, Mme Stephanie JAMISON, M. Georges-Jean PINAULT, M. Sylvain BROCQUET, Mme Melanie MALZAHN, Mme Irène ROSIER-CATACH

Résumé

Cette thèse allie une étude de l’Atharvaveda, une tradition rituelle de l’Inde ancienne, à l’édition avec traduction et commentaire d’un livre d’hymnes appartenant à sa liturgie. L’auteur défend l’association de l’Atharvaveda avec la « magie », définie selon des critères structuraux plutôt que descriptifs, au moyen d’une étude historique de l’évolution au cours de l’époque védique (1500 à 500 avant notre ère) du rôle de l’Atharvaveda au sein de la communauté des prêtres-poètes brahmanes d’où elle émane, dans une position marginale par rapport aux trois Veda majeurs. Le rôle rituel des hymnes est ensuite étudié : l’analyse du discours finalement idéologique du poète védique sur le pouvoir de la parole, ainsi que du contexte concret des rites empreint des rivalités virulentes entre prêtres, suggère que l’application de la théorie austinienne de la performativité, souvent évoquée dans le domaine, n’est pas adaptée à l’interprétation rituelle des hymnes. L’auteur soutient que ceux-ci sont mieux compris sous un angle rhétorique en tant que véhicule d’un discours persuasif. Cette approche permet de rendre compte de la raison de la complexité poétique que peuvent atteindre ces hymnes. La seconde partie de ce travail comporte une édition critique des quarante hymnes du livre 3 du recueil atharvanique du nom de Paippalādasaṁhitā, accompagnée d’une première traduction en français et en anglais, ainsi que d’un commentaire détaillé pour chaque hymne.

Abstract

This thesis combines a study of the Atharvaveda, an ancient Indian ritual tradition, with an edition, translation, and commentary of a book of hymns from its liturgy. The author defends the association of the Atharvaveda with “magic,” defined according to structural rather than descriptive criteria, by examining the historical evolution, over the course of the Vedic period (1500-500 bce), of the tradition’s role within the community of brahmin poet-priests to which it belongs, though in a marginal position with respect to the three major Vedas. Next discussed is the ritual role of the Atharvavedic hymns: by analyzing the Vedic poet’s ideological representation of the power of the word, as well as the pragmatic context of the rites marked by violent rivalries among priests, the author argues that the oft-encountered application of Austinian performative theory is not suited to the ritual interpretation of Atharvavedic hymns. These are better understood from a rhetorical angle as elements of persuasive discourse, an approach which can account for the poetic complexity reached by some hymns. The second part of this thesis is a critical edition of the forty hymns that make up the third book of the Atharvavedic collection of hymns known as the Paippalādasaṁhitā, with a first translation into English and French, as well as a detailed commentary to each hymn.