André BINGGELI

Diplôme :
HDR
Date :
samedi 27 novembre 2021 - 13:00
Livres, moines et saints entre l’Orient chrétien et le monde byzantin

André BINGGELI présente ses travaux en soutenance en vue de l'obtention de l'Habilitation à diriger des recherches

  • Lieu : Université Paris-Sorbonne, amphi Michelet, 26 rue Saint-Jacques, 75005 Paris
  • Jury : M. Vincent Déroche, M. Francesco D’Aiuto, Mme Muriel Debié, M. Bernard Flusin, Mme Sophie Métivier, Mme Brigitte Mondrain, M. Peter Van Deun

Le mémoire inédit s’intitule : « Trois études pour une histoire des collections hagiographiques à Byzance » et accompagne le mémoire de synthèse et le recueil d’articles publiés ou inédits.

André Binggeli, chercheur à l’Institut de recherche et d’histoire des textes du CNRS depuis 2004, mène des recherches sur l’histoire de la production littéraire et livresque en grec, en syriaque et en arabe, à la fois dans l’Empire byzantin et dans les communautés chrétiennes orientales vivant dans l’Empire arabo-musulman ; il s’intéresse tout particulièrement à la littérature hagiographique et ascétique produite en milieu monastique entre le 6e et le 10e siècle et à la littérature martyrologique et apologétique produite en réaction à l’arrivée de l’islam. Il dirige depuis 2011 l’équipe de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT ; à ce titre, il a coordonnée plusieurs entreprises de catalogage de manuscrits dans des bibliothèques du Moyen-Orient, en Turquie, au Liban et en Irak, ainsi que des programmes de recherche, dont une ANR sur l’histoire des bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman (2012-2016). Le mémoire inédit présenté pour l’obtention de l’habilitation s’intitule : « Trois études pour une histoire des collections hagiographiques à Byzance ». Le mémoire est composé de trois dossiers ; chacun d’entre eux est consacré à un recueil hagiographique byzantin particulier dont l’histoire est reconstituée depuis son élaboration par le compilateur jusqu’à son utilisation dans les monastères par lesquels il est passés ; les textes inédits que contient chacun des recueils sont également présentés dans une édition provisoire. Ces études de cas s’inscrivent dans une réflexion plus générale sur l’histoire des recueils hagiographiques, les contextes et les principes qui ont présidé à leur élaboration mais aussi les usages et les lectures auxquels ils ont donné lieu, et, plus largement, sur la réception de la littérature hagiographique à l’intérieur de l’Empire byzantin entre le 8e et le 15e siècle.