Abdelhakim OUKAOUR

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
jeudi 16 juin 2022 - 14:00
Étude archéologique d’Ad Majores(Besseriani, sud-est algérien) et de son territoire à l’époque romaine

Abdelhakim OUKAOUR soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Michel REDDÉ

  • INHA - 2, rue Vivienne - 75002 Paris. Salle : Vassari
  • Jury : M. Michel REDDÉ, Mme Sabine LEFEBVRE, M. Ricardo GONZALEZ VILLAESCUSA, M. William VAN ANDRINGA, Mme Michèle COLTELLONI-TRANOY, M. François VILLENEUVE

Résumé

Les prospections menées dans la région de Negrine ont permis d'inventorier de nombreux vestiges archéologiques (préhistoriques, protohistoriques, antiques et tardifs) qui nous offrent un précieux éclairage diachronique sur le peuplement humain dans cette zone du prédésert. Les vestiges antiques des époques romaine et tardive nous renseignent sur la continuité de l'occupation des sols et leur évolution. La question de la chronologie et de la périodisation des différentes structures s'avère toutefois très problématique. L'impossibilité d'effectuer des fouilles ou des sondages et la difficulté matérielle de réaliser des études céramologiques compliquent toute tentative de datation précise. L'existence de plusieurs sources d'eau avait favorisé la prolifération de fermes et de villages autochtones bien avant l'établissement des Romains. A cela s'ajoute la situation stratégique de cette région au débouché d’une trouée au sud-est des Aurès qui domine les plaines sahariennes vers le sud et les hautes plaines de Numidie qui remonte au nord vers Tébessa, ayant donné lieu au développement d'une agglomération florissante autour d'un camp militaire installé à Besseriani au début du II s. Les recherches sur Ad Majores très anciennes et mal documentées, ont été réalisées essentiellement par des militaires ou des administrateurs coloniaux, qui ils se sont surtout intéressés aux inscriptions ; rares sont ceux qui ont décrit les vestiges archéologiques à l'instar de le lieutenant Baudot en 1875, qui a affirmé que : «la ville ne présente qu'un fouillis inextricable de murs entrecroisés». C'est justement ce «fouillis inextricable» que nous nous sommes attelé à démêler tout au long de ce travail.

Abstract

Surveys carried out in the Negrine region have made it possible to inventory numerous archaeological remains
(prehistoric, protohistoric, ancient and late) that offer a precious diachronic light on the human population of this
area of the predesert. The ancient remains of the late Roman period tell us about the continuity of land use and its
evolution. The question of the chronology and periodization of the different structures is, however, very
problematic. The impossibility of carrying out excavation or soundings and the material difficulty of carrying out
ceramological studies complicate any precise dating attempt. The existence of several water sources had favored
the proliferation of indigenous farms and villages well before the establishment of the Romans. Added to this, the
strategic situation of this region at the mouth of a gap south-east of Aurès commanding the Saharan plains to the
south and the high plains of Numidia that goes north to Tebessa, which allowed the development of a thriving
agglomeration around a military camp at Besseriani in the early II century. AD. J-C. The research on Ad Majores
are very old and poorly documented, made by colonial military or administrators, they were interested especially in
inscriptions, rare are those who described the archaeological remains like Lieutenant Baudot in 1875. However, he
affirmed that "The city presents only an inextricable jumble of intersecting walls." It is this inextricable jumble that
we have struggled to unravel throughout this work.