Antonio PANAINO

05 - 26 novembre 2020

Antonio Panaino
Professeur d’études Iraniennes à l'Université de Bologne (Italie)

Directeur d'études invité par l'EPHE à l'initiative de Philip HUYSE et Samra AZARNOUCHE

donne quatre conférences à l'EPHE sur le thème :

Le collège sacerdotal mazdéen entre tradition et innovation :
Des origines de l’organisation rituelle avestique à sa décadence

Jeudi 5 novembre 2020, de 11h à 13h
La préparation du sacrifice et l’installation du collège sacerdotal. La préparation du sacrifice et l’installation des sept prêtres assistants dans la liturgie solennelle zoroastrienne.

Jeudi 12 novembre 2020, de 11h à 13h
Prêtres et dieux. Le symbolisme du collège sacerdotal. Noms, fonctions et correspondances liturgiques entre les huit prêtres (sept plus le zaōtar-) et le collège des Aməṣ̌a Spəṇtas dirigé par Ahura Mazdā.

Jeudi 19 novembre 2020, de 11h à 13h
Temps rituel et intégrité de l’ordre cosmique. La chaîne ininterrompue de la liturgie du sacrifice comme structure de l’ordre cosmique et temporel. Désactivation du collège avant la fin du Yasna dans la liturgie longue.

Jeudi 26 novembre 2020, de 11h à 13h
Kerdīr et sa liturgie ou de la mimesis rituelle. La « vision » du Grand Prêtre comme liturgie ésotérique de la rencontre avec son double féminin ; conclusions.

Lieu : Conférences en distanciel.

Cliquez sur le bouton pour vous inscrire à cette conférene

 

Le séminaire vise à esquisser l’histoire du collège sacerdotal mazdéen dans son ordre et sa composition à partir de la période la plus ancienne, quand les prêtres assistants étaient sept personnes, dirigés par leur chef, le zaōtar-, à la période plus tardive, dans une phase de décadence pendant laquelle ce groupe fut réduit à seulement deux prêtres, les zōt et le rāspig. L’analyse de la composition du collège au moment de son installation et sa désactivation révèle des correspondances fonctionnelles non seulement avec le collège sacerdotal védique, mais aussi avec le rôle des sept Aməṣ̌a Spəṇtas, dirigés par Ahura Mazdā (comme zaōtar- ) avec l’aide du dieu Sraōša. Cette comparaison nous révèle l’existence d’une dimension mimétique du rituel, dans laquelle le temps du mélange (gumēzišn) est annulé, et surtout où les prêtres et les dieux sont strictement associés, sinon intégrés dans une dimension partagée. Ce phénomène est fort bien documenté par l’exégèse donnée dans les sources pehlevies à propos du sacrifice eschatologique final. Le séminaire abordera également la question du sacrifice sanglant et de son signifié dans la liturgie, et développera une réflexion sur l’image symbolique de la chaîne ininterrompu de la liturgie comme instrument de protection du monde et de l’univers.

Illustration de l'affiche des conférences d'Antonio Panaino à l'EPHE.

Antonio Panaino est professeur d’études iraniennes à l’Université de Bologne, antenne de Ravenne. Il a étudié l’avestique, le vieux-perse, le moyen-perse, le sogdien et d’autres langues iraniennes à l’Université d’État de Milan et à l’Orientale de Naples. Il a été président de la Societas Iranologica Europaea et d’autres associations d’études orientales italiennes et internationales. Pendant dix ans, il a dirigé la Mission ethnolinguistique et archéologique italienne en République du Tadjikistan, en travaillant surtout dans la Vallée du Yaghnob.
Antonio Panaino a reçu le Prix Ghirshman de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Il est Fellow du Pourdavoud Center for the Study of the Iranian World de l’Université de Los Angeles (UCLA), et du Projet Chronoi de la Freie Universität Berlin.
Ses recherches concernent l’hymnologie iranienne, l’Avesta dans sa dimension textuelle et liturgique, les sources pehlevies, la théologie mazdéenne dans son développement historique et dans ses relations avec le manichéisme et le christianisme oriental, en travaillant en particulier sur la catégorie d’apocatastase. Il a aussi étudié l’évolution de l’uranographie iranienne de la mythologie astrale à l’astrologie post-sassanide.
Il est l’auteur d’une vingtaine de livres et de plus de 300 articles d’érudition et de vulgarisation sur les langues et les religions de l’Iran ancien.
Parmi ses travaux les plus importants : A Walk Through The Iranian Heavens. For a History of an Unpredictable Dialogue between Nonspherical and Spherical Models, Irvine 2019 ; Old Iranian Cosmography. Debates and Perspectives, Milano – Udine 2019 ; Zoroastrismo. Storia, temi, attualità, Brescia 2016 ; Rite, parole et pensée dans l’Avesta ancien et récent. Quatre leçons au Collège de France (Paris, 7, 14, 21, 18 mai 2002), Wien 2004 ; Tištrya. Part I: The Avestan Hymn to Sirius. Part II: The Iranian Myth of the Star Sirius, Rome 1990/1995.