De l’authenticité des sources

mardi 15 juin 2021 - 09:00 - 17:30

Ve journée d’études doctorales de Saprat : Mémoire d’un monde en mouvement - De l’authenticité des sources

Caspar David Friedrich (1774-1840). Détail d'uné étude, 9 juin, 1812. The J. Paul Getty Museum, Los Angeles. Copyright : Digital image courtesy of the Getty’s Open Content Program.
Caspar David Friedrich (1774-1840). Détail d'une étude, 9 juin, 1812. The J. Paul Getty Museum, Los Angeles. Copyright : Digital image courtesy of the Getty’s Open Content Program.

 

L’authenticité est l’un des premiers problèmes que l’historien et le philologue doivent affronter. Il se pose en termes de datation, d’authentification et d’attribution pour tous les types de sources (peintures, monnaies, documents légaux, généalogies, œuvres littéraires, œuvres musicales, traités philosophiques, médicaux ...).

À l’intérieur des œuvres, les citations et les reprises interrogent l’historien des idées. Quant aux faux, ils interpellent le chercheur sur leur origine, leur utilisation et leur efficacité. De la copie au pastiche, en passant par les catégories du plagiat ou de la contrefaçon, tout le nuancier de l’inauthentique est à envisager.

Finalement, les techniques éprouvées de la critique historique et textuelle – enquête codicologique, paléographique, histoire des traditions textuelles – trouvent-elles un soutien méthodologique dans les nouvelles technologies ?

Mardi 15 juin 2021, 9h-17h30

Lieu : Distanciel (auditeurs)

S'incrire à l'événement

 

Programme :

Pour les intervenants, rendez-vous en présentiel Salle Gaston Paris (D.064), Sorbonne, Escalier E, 1er étage 

9h : Accueil et Introduction

Mot d'accueil de M. Michel Hochmann, doyen de la section des sciences historiques et philologiques, et de Mme Brigitte Mondrain, directrice du laboratoire Saprat. Puis une introduction de la journée sera donnée par les membres du comité d'organisation, Thomas Cocano, Chloé d'Arcy, Sarah Fargeon et Laurène Haslé.

9h30 : Session 1

Subjectivité des sources et démarche historique. Le cas du spectacle

Présidence : Guy-Michel Leproux

  • 9h30 - Emeline Rotolo : Faut-il désensecrèter le marionnettiste ? Confrontation entre mémoire et histoire d'une profession
  • 10h00 - Laurène Haslé : Presse et authenticité, l’utilisation de la presse pour l’histoire d’un théâtre. L’exemple de la direction d’Adolphe Lemoine-Montigny au Théâtre du Gymnase (1844-1880)

11h : Session 2

Dater, attribuer, identifier

Présidence : Marc Bompaire

  • 11h00 - Aude Briau : La marque de l’artiste comme gage d’authenticité ? L’exemple des gravures allemandes vers 1500
  • 11h30 - Thomas Cocano : « Medals sometimes lie » ? La question de la datation de médailles datées ou non datées durant le règne d’Anne, 1702-1714

14h : Session 3

Faux, copies, à la manière de : l’évolution des sources dans le temps

Présidence : Astrid Castres

  • 14h00 - Barbara Le Cam : Faire la critique d’authenticité d’une œuvre architecturale : l’hôtel de Donon
  • 14h30 - Marc Dietrich : De la réécriture facétieuse à l’emprunt non attribué : l’itinéraire du « Testament de Grunnius » à la Renaissance 
  • 15h00 - Vincent Robin : Copies, restaurations et recyclages d'instruments de musique. L'exemple de la musette

16h : Session 4

Le chercheur face aux traditions

Présidence : Virginie Leroux

  • 16h00 - Bérengère Vachonfrance : Authenticité des sources, imaginaire du chercheur. Petite histoire de quatre fiches cartonnées (« Dennery », SACD)
  • 16h30 - Emmanuelle Blasutta : Aux sources des Solfèges d'Italie de Levesque et Bêche, à Paris : les Solfeggi de Leo, à Naples, authentifiés mais disparus