Portrait d'étudiante : Anaëlle Chocteau

samedi 29 janvier 2022 - 10:30

Entretien avec Anaëlle Chocteau, étudiante en master 2 Sciences des religions et sociétés, parcours religions et laïcité dans la vie professionnelle et associative.

Anaëlle ChocteauQuelle est votre formation ?

Après une double licence histoire – sciences politiques, j'ai souhaité préparer un Master Sciences des religions et sociétés, parcours religions et laïcité dans la vie professionnelle et associative.

• Pourquoi avez-vous choisi l’EPHE - PSL ?

Ancienne étudiante d’une université de très grande taille, je voulais trouver pour mon master des cours à taille humaine où l’étudiant n’est pas un chiffre parmi tant d’autres. En effet, ce que j’apprécie au quotidien à l’EPHE - PSL c’est pouvoir facilement parler aux professeurs qui, même pour les plus demandés, prennent du temps pour leurs étudiants. De plus, mon choix s’est porté pour l’EPHE - PSL car j’y ai trouvé le master qui correspond véritablement à mes attentes.

• Comment résumeriez-vous votre expérience à l’EPHE - PSL ?

Être à l’EPHE - PSL c’est prendre le temps de profiter pleinement de l’ambiance particulière de cette école. En effet, il faut saisir à pleines mains toutes les options proposées afin de vivre à 100% les cours, les différents colloques proposés, la vie étudiante dans les associations, ... Pour exemple, par curiosité,  je suis allée à beaucoup plus de cours que les cours obligatoires et j’ai adoré. C’était très enrichissant. En parallèle, j'ai été la présidente de l’association étudiante de l’EPHE – EPHESE - mais aussi représentante des étudiants de mon master. Ces deux missions m’ont permis de connaître réellement l’EPHE - PSL en dialoguant avec les professeurs et les membres de l’administration pour différents projets. Par ce biais, malgré la crise sanitaire, j’ai rencontré aussi de nombreux étudiants dont certains sont de très bons amis. Ainsi en résumé : il ne faut pas hésiter à s’investir pleinement dans la vie proposée par l’EPHE - PSL.

• Partagez-nous votre meilleur souvenir à l’EPHE - PSL !

Malgré les cours en ligne lors du confinement, nous sommes parvenus à construire une bonne ambiance de groupe parmi le master avec des étudiants de tous les âges. Ainsi, je dirais que mon meilleur souvenir a été le pique-nique de fin d’année organisé par mes professeurs afin de pouvoir enfin tous se réunir et profiter des terrasses du Campus Condorcet comme il se doit. Nous avons pu discuter au soleil autour d’un bon repas : c’était très agréable !

• 3 conseils pour les futurs étudiants qui voudraient intégrer l’EPHE - PSL ?

Profiter des nombreux choix de cours pour assister à un maximum possible, prendre le temps de dialoguer avec les professeurs qui sont accessibles et de très bonne aide, prendre part à la vie associative de l’EPHE - PSL afin de rencontrer des étudiants de différentes disciplines. Bref, saisir sans hésitation toutes les chances que proposent l’EPHE - PSL à ses étudiants.

• Quel est votre projet professionnel ? Quelles sont vos ambitions ?

J'ai effectué le premier semestre de mon M2 en Erasmus à l’université de Szeged, en Hongrie. J’y ai suivi des cours en anglais dans un master semblable au mien : Religious Studies. Issue d’une double licence histoire – sciences politiques, je souhaite perpétuer ce lien des deux disciplines à travers les sciences religieuses en devenant professionnel de la question dans le milieu professionnel et non universitaire, d’où le choix de ce parcours particulier à l’EPHE. Professionnellement, je veux aborder les religions dans un angle politique, autour des questions de laïcité par exemple, mais aussi des relations internationales afin de les appliquer concrètement au terrain. Pour cela, je saisis la possibilité dans mon parcours de faire un long stage pour découvrir au semestre 2 le milieu journalistique pendant un mois puis celui d’un cabinet de conseil spécialisé dans la formation sur les faits religieux et la laïcité au cours de six mois. Je ne sais pas encore exactement quel sera mon futur métier – voire mes futurs métiers - car je ne cesse de découvrir de nombreuses options professionnelles. Néanmoins je suis persuadée d’une chose : je vais trouver, à la suite de mon master, un métier passionnant.

Découvrez le master Sciences des Religions et Sociétés (SRS)