Michel de Certeau, jésuite. Séminaire 2016-2017

mardi 07 février 2017 - 16:00

Pour la seconde année, le séminaire « Michel de Certeau, jésuite », se fixe pour objectif de réfléchir sur cet engagement de toute une vie. Il s’agira d’interroger l’opposition parfois trop rapidement proposée entre un premier Certeau, historien érudit, et un second Certeau marqué par la découverte de la psychanalyse et les interrogations des années 68. Il s’agira aussi d’éclairer la relation qui unit chez lui les travaux sur le XVIIe siècle et le regard critique sur l’actualité du catholicisme et des sciences humaines.

Les séances se tiendront à l’EPHE, bâtiment Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris (métro Quai de la Gare), au 1er étage, en salle 117, les mardis suivants de 16h à 18h :

  • 15 novembre 2016 : Dominique Salin (Centre Sèvres) : « Michel de Certeau et les Exercices spirituels » ;
  • 29 novembre 2016 : Claude Langlois (EPHE) : « Michel de Certeau au séminaire de Jean Orcibal (1957-1963) : une génération cléricale singulière » ;
  • 13 décembre 2016 : Dominique Julia (CNRS-EHESS) : « Un débat historiographique. Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle. Une analyse de psychologie historique : la thèse de Robert Mandrou (Paris, 1968) et sa critique par Michel de Certeau (1969) » ;
  • 10 janvier 2017 : Luce Giard (CNRS-EHESS) : « Michel de Certeau captivé par l’Amérique latine » ;
  • 24 janvier 2017 : Charlotte de Castelnau L’Estoile (Université Paris Diderot) : « Michel de Certeau et la conversion du missionnaire » ;
  • 7 février 2017 : Guido Mongini (Université de Turin) : « Michel de Certeau, historien de la Compagnie de Jésus ».

Michel de Certeau était jésuite. Formé successivement au noviciat puis au juvénat de Laval, au scolasticat de Chantillly puis à celui de Fourvière, il consacra nombre de ses travaux, dont les premiers, à des figures intellectuelles et des moments importants de l’histoire de la Compagnie de Jésus. Il rejoignit en 1956 l’équipe de la revue Christus, qu’il co-dirigea avec François Roustang entre 1963 et 1967. Entre 1966 et 1972, il collabora à de multiples reprises aux Études. En 1966, il devint sous-directeur des Recherches de science religieuse, fonction qu’il assura jusqu’à sa mort. En 1969, il fut un des fondateurs de la collection « Bibliothèque des sciences religieuses ». Il donna, enfin, de nombreux articles à la Revue d’ascétique et de mystique.