Le Projet Carracci ConservArt, sélectionné par l'École française de Rome

dimanche 20 juin 2021 - 09:00

Le projet de recherche « Carracci ConservArt : Visualiser et comprendre la Galerie des Carrache à travers sa fortune critique, sa conservation et ses restaurations. XVIIe-XXIe siècle », porté par Michel Hochmann, doyen de la Section des Sciences historiques et philologiques, a été retenu comme programme structurant par l’École française de Rome pour la période 2022-2026.

Paris et Mercure (détail). Annibale Carracci - 1597. Galerie Farnese, Rome.

Ce projet, porté par Michel Hochmann, directeur d'études à l'EPHE-PSL, et Alessandra Acconci, Francesca Alberti, Rachel George, Antonella Neri, Daniella Porro, se propose d’analyser les différents aspects de la conservation et des restaurations de la Galerie des Carrache. Il s’appuiera en particulier sur la documentation inédite réunie à l’occasion de la dernière restauration de la galerie menée entre 2013 et 2015. Les conclusions de ce chantier ont en effet rejoint la longue liste des projets « figés » au sein d’archives non accessibles aux chercheurs. Le projet entend donc analyser pour la première fois ces données et les compléter par l’étude approfondie de la fortune critique de l’œuvre . Pour ce faire, la réunion d’historiens de l’art, de scientifiques et de restaurateurs favorisera la lecture de ces découvertes exceptionnelles. Le dialogue entre restaurateurs, scientifiques et historiens permettra en outre d’établir une documentation de référence unique sur la conservation de ce patrimoine à travers les siècles.

Intérêt scientifique/renouvellement apporté par le projet

L’histoire de l’art, au cours de ces dernières décennies, a été profondément renouvelée par ce qu’on appelle les sciences du patrimoine. Les campagnes de restauration sont particulièrement précieuses à cet égard, car elles sont l’occasion de lancer des séries d’analyses et de conduire des observations rapprochées sur les œuvres. Dans le cas particulier d'artistes aussi célèbres que les Carrache bénéficiant d’une vaste bibliographie, on manque encore de données abondantes concernant leurs techniques et leurs méthodes de travail.

Les matériaux récoltés lors des travaux effectués sur la galerie des Carrache offrent, de ce point de vue, une documentation inédite d’une importance capitale, grâce à l’imagerie scientifique et aux observations des restaurateurs et des historiens chargés de ce chantier. La création d’une documentation textuelle et iconographique de référence sur la galerie fournira par ailleurs un instrument de travail scientifique de précision en vue de l’entretien, de la préservation et de la conservation préventive de ce patrimoine, qui contribuera à mieux orienter les futures interventions sur l’œuvre. Un tel travail requiert une approche pluridisciplinaire, permettant la réunion d’historiens de l’art, de scientifiques, et de restaurateurs du patrimoine.

Objectifs de ce projet

Les objectifs de ce projet s’articulent autour de deux axes :

Fortune critique de l’œuvre

Il s’agira de recueillir, compléter et étudier la documentation relative à la fortune critique et historique de l’œuvre, en constituant un corpus iconographique et littéraire qui réunira de manière exhaustive les copies peintes, dessinées et gravées de la galerie, sans exclure les photographies, ainsi que les descriptions anciennes, et donnera lieu à la création d’une base de données en open access consultable par un large public.

Analyse et présentation des données des restaurations

On établira le régeste des restaurations de la galerie. On cherchera à rassembler les archives de toutes les restaurations précédentes. On réunira les résultats de la campagne d’imagerie ainsi que les nombreux dossiers d’analyses scientifiques issus de la dernière restauration. Ces données seront indexées, classées, et numérisées en vue de leur analyse approfondie. Les problématiques suivantes pourront être ainsi réexaminées à la lumière des nouveaux résultats : pratiques artistiques ; dynamiques de chantier ; présences artistiques ; réception de l’œuvre ; genres et courants ; évolution du goût ; pratiques de restauration.

Partenaires

Le consortium scientifique proposé repose sur un échange bilatéral, équilibré, entre institutions françaises et institutions italiennes. La haute qualité des profils des partenaires offre une parfaite complémentarité des compétences pour mener à bien ce projet.

- Soprintendenza speciale di Roma.
- Équipe Saprat, École Pratique des Hautes Études - PSL. Coordination et collaboration scientifique de Michel Hochmann, directeur d’études, histoire de la peinture italienne (XVIe-XVIIe siècle).
- Académie de France à Rome – Villa Médicis.
- Fondazione Centro conservazione e restauro « La Venaria Reale » (CCR).
- Ambassade de France en Italie/Institut français d’Italie.